Les start-up vous aident face à la mort d’un proche

Les start-up vous aident face à la mort d'un proche

Si un domaine qui commence à prendre de l’importance chez les start-up, c’est celui du décès. Comme perdre un proche est si douloureux et qu’un tel évènement ne s’improvise pas généralement, sauf si le défunt s’y est préparé, il faut s’organiser spontanément et assurer les obsèques du début jusqu’à la fin. Heureusement, ces concepteurs créateurs s’y sont penchés pour vous épauler dans cette épreuve.

Les start-up : du testament au faire-part

Il y a des procédures qui peuvent se faire à distance, plus précisément en ligne et le testament olographe est l’un de ces dossiers accessibles sur internet. Rédiger un testament en ligne peut se faire dans les règles de l’art, en toute légalité, auprès de sites qui travaillent avec des notaires assermentés et soigneusement rédigé par cette compétence. Le site préconise la sécurité, la confidentialité et la légalité. L’assurance-obsèques est aussi une alternative pour alléger les responsabilités des proches, en signant un contrat-obsèques, on est à la moitié de réaliser les souhaits dans le testament.

Quand vous perdez un être cher, vous ne savez pas par où commencer, et vous appréhendez également l’annonce de la nouvelle, il y a les faire-part qui sont restés les meilleurs moyens pour aviser familles, proches et connaissances. Le faire-part de décès ne revêt plus de cette allure lugubre, il y a maintenant des modèles qui peuvent être personnalisés et permettent même de l’être encore plus avec la photo du défunt dessus.

Évaluez le monument funéraire

Un des plus difficiles à choisir est le monument funéraire de votre défunt proche, comme ce sera sa dernière demeure, la mission est délicate. Actuellement, plusieurs marbriers funéraires professionnels proposent leurs services ainsi que des modèles parmi lesquels la famille peut choisir celui de leur bien-aimé. Entre les modèles les plus classiques et ceux qui sont plus excentriques, vous aurez le choix entre ceux qui sont basiques et ceux qui sont plus travaillés.

Si le défunt a émis un souhait comme dernière volonté ou si la famille veut « personnaliser » le monument funéraire, il est possible de soumettre une commande selon les besoins et les aspirations du client. Et comme cette pièce de la sépulture requiert une certaine somme, il est possible d’improviser sur son coût en demandant un devis de monument funéraire. Avec ce devis, vous aurez à choisir le matériau dans lequel il sera confectionné, le motif de la stèle et le texte à graver, et pourquoi pas, payer les obsèques moins cher.

Le numérique comme code

Mais quand les start-up misent sur le numérique pour que le décès ne soit pas un casse-tête, on peut très bien organiser sa mort numérique. Comme dernières volontés, les directives peuvent être données, et qui seront modifiables et révocables par la personne elle-même. Les directives générales sont enregistrées par un intermédiaire numérique qui sera habilité et certifié par CNIL. Les directives personnalisées sont assimilées à une présence dans les réseaux sociaux, notamment Facebook.

Il est aussi possible actuellement de vivre son deuil grâce à un cimetière virtuel avec lequel on peut se recueillir sur un lieu virtuel, verdoyant et fleuri et tout à fait imaginaire. Cette plateforme est aussi un lieu de partage qui permet de se communiquer entre proches, mais surtout d’offrir un lieu de dernier repos virtuel au défunt, assimilé à ses aspirations : une montagne, une forêt ou encore une plage.

On aura tout vu, et le numérique donne accès à tous les souhaits, qu’un cercueil connecté ait vu le jour. C’était aux États-Unis que cette nouvelle technologie sait été créée et la version française de la « tombe connectée » vient de faire son apparition avec la start-up toulousaine MPPM Syscolor. C’est une espace accessible aux proches leur permettant de partager des films, des messages, des textes et des photos et remémorer l’être cher en se communicant entre eux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *